samedi 19 mars 2016

MICHAEL SCHENKER GROUP AT ROCKPALAST 1981

"Mais les flammes furent magnifiques, assurément."

MICHAEL SCHENKER GROUP : « Rockpalast : Hard-Rock Legends Vol 2» 2010

            Lorsque Michael Schenker quitta UFO en 1979 après six années et autant de disques et de tournées mondiales, il est un homme carbonisé. C’est que la vie sur la route avec la bande à Phil Mogg et Pete Way n’est pas de tout repos. Alcool, drogues, filles.... tout y passe dans des proportions peu recommandables, à se demander comment ces cinq-là ont pu produire une musique d’une telle qualité dans un tel état. Le plus effarant, c’est que Schenker n’a que... vingt-quatre ans. L’entourage du guitariste, musiciens comme journalistes, ne peuvent que constater qu’il est dans un état psychologique pitoyable. Buvant des hectolitres d’alcool, il voit des extra-terrestres partout et flirte un temps avec une secte afin de retrouver un illusoire réconfort psychique. Puis peu à peu lui revient l’envie de faire de la musique.
            Il faut dire que son départ de UFO n’est pas que dû à la fatigue généralisée liée à de longues années de route et de studio dont les tensions internes ne sont que le résultat. Des divergences musicales ont fini par naître. Pas réellement sur le fond finalement, car à bien y regarder, la musique du Michael Schenker Group ne sera pas si éloignée de celle de UFO à la suite de son départ, à savoir un Hard-Rock mélodique racé. Mais Schenker, qui ne parle pas un traître mot d’anglais, peine à imposer ses idées face à l’autre duo de compositeurs, Mogg-Way.  De plus, son ignorance de la langue de Shakespeare le rend paranoïaque. Il est persuadé que l’on complote dans son dos, et ne supporte pas ce climat de suspicion, semble-t-il infondé d’après Phil Mogg.
            Michael Schenker reprend donc sa Gibson Flying V en main après un passage rapide de quelques mois au sein des Scorpions de son frère Rudolf, en dépannage du départ de Uli Jon Roth. Il laissera quelques belles étincelles de musique sur le puissant Lovedrive . Il réunit un aéropage de vieux grognards du hard-heavy-progressif comme lui : Simon Philips de 801 et Judas Priest et Cozy Powell de Bedlam et Rainbow à la batterie, Don Airey de Colosseum II aux claviers, et Mo Foster de Affinity à la basse. Une belle équipe de losers mes amis, en 1980, on ne peut guère faire pire alors que retentit le premier album de Iron Maiden et Ace Of Spades de Motorhead. Le seul jeune de la bande est le chanteur, un gallois du nom de Gary Barden, parfait inconnu découvert dans un club par Schenker un soir de biture.
            Le fait d’avoir un inconnu à ses côtés est en fait un atout : il va pouvoir mettre de vrais textes anglais sur la musique du guitariste sans trop oser la ramener. Et c’est un fait : Gary Barden est trop heureux et trop sympa pour la ramener. Mais surtout, le garçon est un chanteur capable, avec un coffre un brin plus proche de celui de Ian Gillan. Et les chansons ne se font pas attendre, à commencer par l’hymne introductif : « Armed And Ready ». Un morceau surpuissant, au riff imparable, brandi comme un étendard, totalement turgescent. Et il y en a d’autres sur ce disque : « Victim Of Illusions », « Feels Like A Good Thing » ou « Cry For The Nations ». Il est incontestable que Schenker est un guitariste prolixe, à l’instinct musical totalement inné. Les riffs magiques comme les soli miraculeux lui sortent des doigts avec une facilité déconcertante, rendant chaque performance scénique totalement passionnante.
            Rapidement, ce qui ne fut qu’un assemblage hétéroclite de musiciens participant à un disque solo d’un copain devient un vrai groupe, le désormais bien nommé « Michael Schenker Group ». Outre le petit prince blond de la guitare, on retrouve Gary Barden au chant, et Cozy Powell à la batterie, définitivement en partance de Rainbow. Chris Glen du Sensational Alex Harvey Band prend la basse et ….. Paul Raymond, qui vient de larguer UFO, prend les claviers et la guitare rythmique.
            La tournée de l’automne-hiver 1980-1981 à travers l’Europe est étourdissante de puissance et de virtuosité. En pleine possession de ses moyens, doté de chansons en béton armé, qu’elles soient originales ou soigneusement sélectionnées parmi le répertoire de UFO, le MSG ravage les salles de son Hard-Rock magique. Schenker, le cheveu court, jean, baskets, blouson de cuir et Flying V originale bicolore en main, emmène sa troupe vers des cimes rarement atteintes pour un groupe de Rock. Portés par l’énergie de l’ange blond totalement régénéré, Barden, Glen, Powell et Raymond donnent tout.
            Et sur ce disque en particulier. Schenker est enfin chez lui en Allemagne. Plus précisément à la Markthalle à Hamburg. Comme requinqué de pouvoir parler et de se faire comprendre sans que l’on se moque de lui, il se sent vivre. Raymond ironise même durant le concert : Schenker boit un verre d’eau. C’est par ailleurs cocasse de constater que ce dernier laisse son pianiste parlé en anglais au public alors que celui-ci est allemand. Sans doute le syndrome du génie mutique, comme Ritchie Blackmore. Pulvérisant l’auditoire avec l’érectile « Armed And Ready », les musiciens sont déjà en sueur au second morceau. Le guitariste est en transe totale, écumant des kilomètres de riffs et de notes en chorus furieux. Cozy Powell n’a jamais été aussi puissant, un mastodonte de rythme et de groove métallique portant littéralement le quintet de ses rafales de baguettes dans ses caisses et ses cymbales.
            La version de « Rock Bottom » est à elle seule un miracle. Se plongeant totalement mentalement dans ce morceau de UFO datant de 1974, joué des centaines de fois sur scène, écumé jusqu’à la lie, il en ressort un substantifique jus de furie électrique. Là encore, on sent que le niveau technique de Powell n’est pas celui du valeureux Andy Parker, un peu balourd en comparaison. On sent surtout qu’il a été derrière des guitaristes d’exception mais au combien exigeant, que ce soit Jeff Beck ou Ritchie Blackmore. Chaque percussion de tom est d’une précision magistrale. Il ne faut pas seulement tenir le rythme, il faut savoir relancer le patron, lui donner du souffle, lui donner envie d’improviser encore et encore. Et c’est ce que fait Powell. On sent même que Chris Glen découvre tout cela, lui qui fit partie d’un groupe plutôt carré, l’improvisation n’avait guère sa place. On sent l’homme souffrir à pulvériser des kilomètres de notes lourdes entre la guitare et la batterie. On le plaint presque, si ce n’est qu’il s’en sort pas mal.

Autre abonné à la tête de con, Paul Raymond. Provenant de Chicken Shack avec Stan Webb, puis Savoy Brown avec Kim Simmonds, et enfin UFO, le moins que l’on puisse dire, c’est que le garçon en connaît un rayon côté guitariste cyclothymique. Mais toujours pour le meilleur. C’est donc sans crainte qu’il quitte les poivrots sans manche de UFO pour rejoindre le dit fou furieux Michael Schenker. Raymond est un vrai sideman de génie. Du genre irremplaçable. Sa vraie force est de maîtriser très bien les instruments dont il joue sans vouloir en devenir un soliste. C’est-à-dire qu’il a des capacités presque virtuoses, mais au service de solistes de génie. Et il invente dans la rythmique, créant un souffle musical capable d’exacerber la créativité de ses patrons sans leur faire de l’ombre. Tout en glissant ses propres compositions au passage, sous la forme de co-signature. Et voilà Paul Raymond co-auteur des meilleurs albums de Blues-Rock entre 1969 et 1979, mine de rien. Vous saviez que le magnifique « Hellbound Train » est à l’origine un morceau basé sur le piano électrique de Raymond ? On sait bien peu de choses sur ce garçon à l’abnégation la plus complète, qui saura se mettre aux services des groupes auxquels il participe tout en y injectant sa personnalité tant artistique que physique sur scène. Le voir alterner claviers et guitare rythmique sur le même morceau est une sacrée prouesse, le tout en étant à l’aise face au public.

Si UFO sut survivre avec brio au début des années 80 grâce Paul Chapman et quelques très bons disques de Hard-Rock mélodique bien sentis, ils n’auraient pas le panache de ceux du Group de leur ancien lead-guitariste. L’autiste blond, incapable de discuter avec les autres membres de son groupe car ne parlant quasi-exclusivement qu’allemand, a le plus grand mal à se faire entendre. En tant que commandant de son propre vaisseau, Schenker va pouvoir développer ses propres idées sans contrariété. Son équipage ne se composera que par la réputation enviable du jeune musicien dans le monde du Hard-Rock, vu comme un véritable génie au potentiel à peine dévoilé au sein de UFO. L’homme avait assurément mille choses fabuleuses à proposer en solo, c’était évident. Et le premier album du MSG tint toutes ses promesses. Donc acte sur scène, et comme Schenker est un virtuose possédé, il saurait injecter toute la puissance de son jeu à un groupe acquis à sa cause, et composé de musiciens rôdés à l’exercice.

Il y aura un disque en public en 1982 qui retracera un concert prestigieux au Budokan de Tokyo, et qu’il me faudra aussi vous conseiller. Les chansons sont excellentes, le groupe en forme, les interprétations de qualité. Mais il n’aura pas l’énergie, la spontanéité, la flamme de ce concert à la maison, sur cette première tournée où Schenker et sa bande ont tout à prouver. Le set d’une heure et quelques est incandescent, furieux de bout en bout, sans le moindre temps mort. Schenker déroule des kilomètres de chorus enflammés, imprégnés de cette poésie inhérente aux tous meilleurs instrumentistes. Glen et Powell blindent une rythmique implacable, Raymond comble le moindre espace rythmique, et Schenker n’a plus qu’à s’envoler. Barden est un vocaliste compétent, parfois pris en défaut devant la démence de ses camarades, mais l’homme tient la rampe, assurément.
L’essentiel ne réside pas dans la perfection de l’interprétation, mais bien davantage dans la fureur à la fois Hard et mélodique de ce quintet d’exception, toujours un peu en marge dans l’histoire du Rock. Pas suffisamment jeune, pas suffisamment Metal non plus, il fera partie des valeurs sûres aux côtés de UFO, Thin Lizzy, Whitesnake et Rainbow, sans obtenir une vraie consécration justement méritée. Trop versatile aussi, Schenker ne sut pas maintenir ce niveau de férocité plus de deux ans. Michael Schenker avait le défaut de la versatilité inhérente aux grands leaders musicaux perturbés comme Ritchie Blackmore, et finit par progressivement virer tout le monde. L’équipage magique qui sut se mettre à son service avec dévouement était éparpillé. Il se perdra progressivement vers 1983 dans les excès d’un Rock calibrée plus aussi séduisant que le fut sa musique à ce moment précis de l’Histoire. Mais les flammes furent magnifiques, assurément.

tous droits réservés

5 commentaires:

RanxZeVox a dit…

C'était un cas celui là, effectivement. Sans doute pas taillé pour être leader et trop d'égo pour être autre chose. Il a foiré avec UFO, raté le coche avec Scorpions et a sabordé son propre groupe. Un beau gâchis.
J'ai vu ce live et ce que tu en dis est vrai même si MSG m'a toujours posé problème. Les deux premiers albums sont plutôt bons mais je leur trouve un côté emprunté. La musique ne coule pas naturellement comme elle le devrait. C'est étonnant de la part d'une telle bande de pros mais les disques sonnent mal branlés. Je ne sais pas l'expliquer.
Les suivants manquent, eux, de compositions à la hauteur. Et comme tu le dis si bien, d'énergie.
Le groupe a fini par sombrer dans le ridicule quand Schenker recruta Mc Auley, un chanteur qui restera comme celui qui osé la coupe de cheveux la plus ridicule d'un univers pourtant chargé en la matière )))

Budgie a dit…

Je vois ce que tu veux dire. MSG n'était pas un groupe au sens propre du terme, comme UFO. C'était un assemblage de pointures, il fallait jongler avec les egos. Et Schenker n’a plus d'alter-ego pour composer. Le côté emprunté, je l'ai trouvé sur le double au Budokan: trop clean, pas assez spontané. Le disque avec Graham Bonnet est un bon album de Hard limite FM de bonne facture. La suite est un lent déclin, dont l'apogée est la période avec Mac Cauley, effectivement totalement ridicule.

RanxZeVox a dit…

Le double Live est assez catastrophique en effet. Assault attack avait du bon mais c'est toujours bourré de remplissage. Et Built to destroy vaut le coup pour sa splendide pochette. Si mes souvenirs sont bons, après ça il a sorti un autre live (simple) et c'est là que j'ai déposé les armes. J'étais plus ready ))))

Bruno a dit…

Je rejoins (à pieds joints) vos avis. L'aura du Schenk était su forte que l'on s'était forcé à écouter ses premiers essais en boucle. Il semblait y manquer cruellement quelque chose ; impossible de retrouver la magie de (certains) disques d'UFO. En tout cas, déjà, Schenker partait avec un handicap : Gary Barden était bien loin de Phil Mogg.
Le double live commençait à rassurer et, à mon sens, "Assault Attack" était vraiment bon (dommage que Bonnet allait tout gâcher avec son égo surdimensionné).

La genèse de "Hellbound Train" au piano ? Etonnant ! (j'adore ce titre)

Hard Round Tazieff a dit…

Jamais aimé le MSG en revanche je l'adore dans UFO.
J'ai pas mal visionné ses prestations live, époque strangers in the night, il dépote sévère.
Dans MSG il manque l'originalité, il a beau être doué, être bien accompagné, mais si le malt et le houblon ne sont pas bien travaillés cela fait de la mauvaise bière à boire.