vendredi 3 avril 2015

ROCKIN' ALL OVER THE YEARS

Aussi étonnant que cela puisse paraître, je viens de réaliser que ce blog a bientôt huit ans. La première publication date du 8 octobre 2007. Bon sang que le temps passe vite. C'est aussi, je ne vais pas vous le cacher, une incroyable fierté.
La blogosphère est versatile, des millions de blogs se font et se défont en quelques mois. rares sont ceux qui dépassent les deux ou trois ans. Il y a un peu de tristesse aussi. Car nombre de bloggeurs amis d'Electric Buffalo ont disparu au cours de toutes ces années. La vie poursuit son cours, inexorablement.
Et Electric Buffalo est toujours là, bien vivant. Oh cela n'a pas toujours été facile. Car il faut continuer à écrire, trouver la motivation, et le rythme des publications a parfois grandement diminué. On a tous nos problèmes. J'en ai eu, vous avez sans doute pu le constater, lecteurs et lectrices fidèles, transpirant dans certains articles. Mais je n'aime pas trop m'étaler sur le sujet. La musique est un refuge extraordinaire. Elle apporte chaleur, réconfort, courage et tenacité. Elle permet aussi de se défouler, d'évacuer la pression.
Ce blog est un témoignage de ma vie en musique. Tout ce que j'écoute est le reflet de ce que je ressens. C'est aussi le parcours de mes découvertes musicales. Mes goûts s'élargissent, mais je reste fidèle à un socle de base bien solide : le Rock des années 1965-1985. Et cela s'élargit au Stoner-Doom, au Jazz, à la Soul et au Blues. Je ne cesse de découvrir de nouvelles choses. Je m'émerveille à nouveau, et c'est vraiment une sensation formidable.
Je continue donc ce blog, à écrire, à partager, et je l'espère, à vous faire plaisir. Un jour peut-être deviendra-t-il une référence dans le monde de la presse écrite, qui sait. Mais ce n'est pas mon objectif premier. J'aime écrire, j'aime les disques, j'aime la musique, c'est tout ce qui compte. Et je pense qu'après presque trente années de passion musicale, et sept années de ce blog, cela n'est pas près de s'arrêter.
Je vous remercie tous, fidèles lectrices et lecteurs, et je souhaite bienvenue à toutes celles et ceux qui découvrent ce blog pour la première fois.

KEEP ON ROCKIN'

tous droits réservés

7 commentaires:

Bruno a dit…

Bon Anniversaire.
Et merci pour tes articles


(même ceux sur... )

Anonyme a dit…

Longue vie à cette mine d'anecdotes et d'informations qu'est ce superbe blog. Continue comme ça mon cher Budgie, tu es le genre de passionné à qui on a envie de payer des mousses pour je me répète, ce blog qui avec ses analyses pertinentes sort vraiment des carcans habituels. (petite question, connais tu le groupe britannique Legend ?)
El chuncho

Budgie a dit…

Merci les amis. Promis Bruno, je vais faire une pause avec Venom ahah

Budgie a dit…

El Chuncho, merci à toi. Je connais le groupe Legend, et même plutôt bien. J'en fus un grand fan, au point d'avoir converser sur le net avec leur guitariste Peter Haworth. Ma chronique en anglais de l'époque sur leur anthologie est d'ailleurs toujours dans la rubrique "Reviews" de leur site officiel sous mon nom et prénom (indice : mon prénom est Julien). Et dans les remerciements de leur troisième album, "Still Screaming", figure également mon prénom. Ce fut autant un honneur qu'un plaisir de les avoir soutenu à l'époque où il relançait le groupe. Legend est sans aucun doute ce que la NWOBHM a produit de mieux avec Iron Maiden, Savage et Diamond Head.

demo a dit…

Bon anniversaire Budgie!
Continue à propager l’éclectisme musical qui est le tien!!
On attends toujours les nouvelles chroniques avec impatience quel que soit le genre abordé!!

Keep on rockin in the (free) world!

Hard Round Tazieff a dit…

Ouais... Je me disais bien que je connaissais ce blog !

Long Live Budgie ! Long Live Rock ' n ' Roll !

Anonyme a dit…

Sympa la chronique, Peter Haworth est un génie et je parle même pas du chant de monsieur Lezala. Je suis entièrement de ton avis avec ta liste de ce qui ce fait de mieux en NWOBHM à laquelle je rajouterai Angel Witch et Holocaust.
Sinon comme beaucoup j’attends avec impatience la prochaine chronique.
El chuncho.