samedi 11 avril 2009

THE FOX

"C’est la beauté de toute cette pop anglaise : fine, ouvragée, elle reste un miel délectable pour les oreilles."

THE FOX : « For Fox Sake » 1970

Tiens, en fouillant dans mes disques, j’ai retrouvé ça. Le Rock fourmille de ce genre d’albums. L’histoire est souvent la même : on est au milieu des années 60, une bande de copains de lycée forme un groupe de rythm’n’blues/ merseybeat dans la mouvance Stones-Beatles, et joue avant tout pour le plaisir.
Et puis il y en a toujours deux ou trois pour croire en ce qu’ils font, et décident de continuer dans la musique, histoire d’essayer d’en vivre. On fusionne deux ou trois groupes locaux, et on obtient une formation professionnelle prête à conquérir le monde.
Enfin, ça c’est l’histoire. The Fox, c’est la fusion des Beatroute (on ne rit pas dans la salle) et du Alex Lane Group. Steve Brayne et Winston Weatherill à la guitare, Tim Reeves à la batterie, Dave Windross à la basse, et Alex Lane à l’orgue forment un quintet qui se veut l’émulation de leurs musiques favorites : un mélange subtil de Beatles, de Hollies et de rock psychédélique style Vanilla Fudge ou les premiers Deep Purple
Le groupe répète durant près d’un an, entre 1969 et début 1970. Les concerts s’enchaînent également, et un contrat arrive, chez Fontana. Comme la plupart des contrats discographiques, il est proche du vol.
The Fox bénéficie donc généreusement … d’une heure de studio pour enregistrer son premier disque. Les musiciens, qui pensent ne jouer qu’une répétition générale pour caler les morceaux, alignent l’ensemble du disque d’une traite. Ils sont renvoyés chez eux, et apprennent un peu plus tard que la version « démo » est gardée comme prise finale. Seules quelques overdubs pour les parties vocales sont réalisés.
« For Fox Sake » paraît donc en 1970. Ce premier album est l’occasion pour The Fox de tourner avec l’ensemble de la scène underground-alternative-progressive anglaise : Juicy Lucy, Edgar Broughton Band, Steamhammer, mais aussi Black Sabbath et David Bowie. Les ventes ne décollent pourtant pas, et des tensions se font jour entre les musiciens.
Le contrat est rapidement cassé, et le groupe splitte peu de temps après. Fin de l’épisode. Il reste ce disque.
Petit joyau de rock psychédélique anglais, « For Fox Sake » est avant tout un album subtil. Alors que la tendance est plutôt au durcissement du propos, avec rythmique plombée et fuzz à gogo, The Fox déroule ses mélodies tout au long de cette galette au charme suranné.
L’orgue rauque résonne sur les chansons comme une cathédrale, alors que les guitares dessinent les enluminures de la voûte. La voix de Steve Brayne ressemble à celle de Rod Evans de Deep Purple circa 1968-1969 : chaude, profonde, veloutée.
Cette architecture pop n’enlève en rien l’énergie, mais elle se trouve avant tout dans l’approche psyché de la musique. C’est la beauté de toute cette pop anglaise : fine, ouvragée, elle reste un miel délectable pour les oreilles.
Peu à peu, The Fox ressortira timidement de l’oubli, grâce à une belle réédition cd, et aux fans de rock psychédélique, qui remirent en lumière ce beau disque. Comme souvent, les musiciens sont devenus des anglais moyens, disparaissant dans l’oubli. Reste cet album sympathique, agréable comme un thé à la bergamote un dimanche pluvieux.


tous droits réservés

1 commentaire:

Stephen Brayne a dit…

Merci pour tes compliments! Tres bien recu, mon ami! Je suis sorti de l'obscurite pour te dire que je continue de chanter et de jouer toujours, avec mon groupe Sonic Blue. Tu peux trouver notre musique sur https://www.facebook.com/pages/SONIC-BLUE/132906393412707
On ne peut pas m'empecher! Fox toujours! Steve Brayne xx