samedi 27 mars 2010

BLACKFOOT 1981

"Et sur ce terrain, Blackfoot était une bête. Il était littéralement le Led Zeppelin du Hard-Blues sudiste."

BLACKFOOT : « Live In Atlanta » live 1981

Avec un ami, nous regardions sur un site des vidéos des vieux clips. Lors de ces soirées, nous nous remémorons les années 80 et 90, et cherchons les clips promotionnels les plus ringards des plus grands groupes. Ainsi, certaines institutions du Rock (toutes ?) se sont souvent fourvoyées dans des films aux scénarii et à la qualité cinématographique d’une confondante nullité, le tout servant bien souvent une musique également proche du trou noir créatif. On peut ainsi citer Deep Purple période 1987-1993, Saxon après 1983, Judas Priest après 1982, et tant d’autres qui se sont ramassés sur ces années MTV promptes aux pires débauches de clichés.
Cherchant toujours plus ridicules et donc risibles, je cherchai du côté de Blackfoot. Je lui fit ainsi découvrir « Vertical Smiles », l’album studio de 1984, authentique concentré d’immondices sonores, suivi trois ans plus tard d’un « Ricky Medlocke’s Blackfoot » tout aussi misérable musicalement parlant. Mais ce dernier bénéficia d’une coquette vidéo promotionnelle, superbe merde visuelle regroupant TOUS les poncifs dans une débauche d’incohérence à vous faire éclater la rate. On y distingue pêle-mêle le groupe jouant sur scène, mêlant musiciens black avec costards luisant genre Miami Vice et bandeau en éponge sur le front, et leader rock-métal (Ricky Medlocke donc), avec un superbe perfecto à franges, jean moulant, santiags et guitare Ibanez blanche. La musique est archi-FM, pourrie de synthétiseurs pompeux et de guitares hard-métal ineptes. Le scénario mélange ensuite clichés sexy, films d’horreur de série Z, et bagnoles de sport de l’époque (c’est-à-dire caisses pourries en plastiques). Bref, la totale.
Après quelques éclats de rire généreux, nous finissons pas nous calmer, et une pointe de douleur finit par nous envahir. Parce que derrière, je poussai le vice en diffusant « Train Train » en concert en 1981. Blackfoot n’est alors pas ridicule, mais majestueux, au pinacle d’une puissance de feu sonore irréprochable.
Les quatre musiciens, malgré leurs tronches de bouseux du Deep South, sont beaux, car fiers, unis. Ils s’amusent, donnent tout à leur public. Oui, Charlie Hargrett le guitariste, perd ses cheveux et a de grosses lunettes de soleil cheap. Oui, Jackson Spires, le batteur, louche et a un petit short satiné un peu con, mais sa frappe dantesque et ses mâchoires serrées en font un sacré musicien. Oui, Greg T-Walker avec sa panoplie d’indien, paraît un peu couillon mais sa basse résonne puissament, et l’homme fait preuve de beaucoup d’humour et de jovialité. Et puis il y a Ricky. Il est fier, il est grand et beau. Il porte son stetson et son grand manteau de bad man, mais il est en phase avec son groupe. Il vole littéralement, poussé par ses trois camarades de jeu. Les quatre sont en totale osmose, et ils ravagent tout, laissant le public exsangue, comme peu de groupes en sont encore capables à l’époque (rappelons que cela sent le hard-FM aux USA et la New-Wave en Europe depuis 1979).
Alors les valeureux combattants du Hard-Blues, ils n’en reste guère. On est dans le vent de l’époque, genre synthés et permanentes ou New-Wave gothique, ou on est carrément Métal, comme Iron Maiden, Saxon ou les futurs Metallica, Slayer ou Metal Church.

Cette petite soirée finit par me donner envie de faire écouter un petit bijou à mon ami. C’est un live enregistré par une radio américaine d’Atlanta en 1981. Blackfoot est alors en pleine tournée promotionnelle de l’album « Tomcattin’ », paru l’année précédente. Le groupe a définitivement assis son style depuis « Strikes », paru en 1979, c’est-à-dire un Hard-Rock gorgé de Blues et de Soul. Blackfoot fut rattaché au mouvement sudiste, ce qu’il revendiqua pour deux raisons : la première est qu’ils sont de Jacksonville comme Lynyrd Skynyrd et que Ricky Medlocke en fut le batteur en 1970. La seconde est qu’en 1979, seuls les groupes sudistes continuaient à perpétuer ce mélange de Rock dur et de Blues, à l’instar des Outlaws, de Molly Hatchet, Point Blank ou Doc Holliday. Mais Blackfoot était le plus redoutable.
Il avait de plus un aspect sympathique que n’avaient pas ses camarades de jeu. Les trois-quart du groupe étaient d’origine indienne Blackfoot, soit issus d’une des communautés les plus persécutés des Etats-Unis, et ce avant les Noirs. On ne pouvait donc guère suspecter Blackfoot d’être raciste ou d’extrême-droite, contrairement à Lynyrd Skynyrd par exemple.
Musicalement, si en studio, le groupe semblait mal à l’aise, bercé par les conseils des producteurs et de la maison de disques (Atco, filiale d’Atlantic, précisons-le, soit une major), il lâchait les chiens en concert. Et sur ce terrain, Blackfoot était une bête. Il était littéralement le Led Zeppelin du Hard-Blues sudiste. Le quatuor ramassait n’importe quel concert, n’importe quel festival. Son incroyable énergie mit à genoux un paquet de vaillants jeunes loups, comme les Iron Maiden en 1982 à Reading, battus par ces quatre têtes brûlées généreuses.
Ce live en est la preuve éclatante. Bien sûr, il y eut le live officiel, ce « Highway Song Live » enregistré à l’Hammersmith Odeon à Londres. Pourtant, bien qu’excellent, il lui manque les tripes ce celui-ci.
Totalement pris sur le vif, galvanisé dans son fief du Sud, Blackfoot donne tout, sans retenue. Et puis, il y a ici une superbe set-list, faisant la part belle aux deux précédents disques, mais aussi à quelques belles nouveautés tirées du magnifique « Marauder » paru cette année-là. C’est-à-dire ce fameux bestiaire qui fit la réputation de Blackfoot.
Surtout, il est capté par une radio FM locale, ce qui décuple encore son impact live, et donc, galvanise les boys qui donnent tout.
Inutile de vous préciser que le son est très bon, puissant, lourd, et électrique. Ricky Medlocke harangue la foule, défiant ce public de prouver combien le Blues respire encore dans ce poumon prolo des USA.
Atlanta, c’est la Géorgie, le pays de James Brown. Blackfoot vient faire démonstration de sa puissance en terre Soul.
Et pour cela, il débute par le désormais classique « Gimme Gimme Gimme », tornade Hard-Rock luisante sous ses chromes, qui fixe le décor. Mais Blackfoot pousse le culot à enchaîner ce titre avec un autre brûlot appelé « On The Run ». Refrain accrocheur, paroles taillées pour la route. La section rythmique s’emballe, survoltée, et voit Hargrett et Medlocke se répondre en chorus hargneux.
La pression ne redescend pas avec « Every Man Should Know (Queenie) ». Cette hard-song sortie de “Marauder” déboule derrière un petit boogie improvisé. Les riffs sont implacables, Blackfoot est dangereux.
« Searchin » calme l’ambiance, et ramène le quatuor sur de vraies terres sudistes. Cette mélodie mélancolique, cette impression de poussière dans la bouche, ces soli plaintifs et lyriques, tout est là, magnifié par des musiciens transcendés.
Il ne s’agissait pourtant que d’une brève accalmie avant un nouveau déluge sonique magistrale. D’abord, il y a le heavy et poisseux « Fox Chase », imbriquant sa rythmique lourde avant de voir galoper de grands chevaux sauvages sur « Too Hard To Handle ». Ce dernier est un titre stylé « good booze and bad wimmen », machiste et fier. Pourtant, ce titre reste pour moi l’un des plus implacables que Blackfoot ait produit.
Le boogie ne s’arrête pas pour autant avec le fracassant « Fly Away » avec ses faux airs de blue song. Le tonnerre rugit toujours sur le refrain et dans les joutes de guitares. « Road Fever » ramène Blackfoot dans des territoires hard’n’heavy purs. C’est ce type de chanson qui fit du groupe un redoutable concurrent pour la NWOBHM.
« Train Train » suit ce torrent de colère. J’adore cette chanson, entre Blues et boogie. Vrai road-song, elle fait définitivement partie des classiques du genre. La particularité ici est que Shorty Medlocke, le grand-père de Ricky, qui assure l’introduction du titre en studio, vient ici jouer en live. Moment émouvant donc, qui n’altère en rien la puissance de l’interprétation. Ricky Medlocke fait étalage de ses talents de slide-guitariste, chose aujourd’hui rare dans Lynyrd Skynyrd.

« Highway Song », longue pièce héroïque typique du genre sudiste, vient clore de superbe manière ce superbe concert. Hargrett et Medlocke se répondent à l’infini sur une rythmique brûlante, galopant que des pur-sangs.
Le public d’Atlanta a droit à un petit rappel hurlant : « Rattlesnake Rocker », qui laisse le silence encore empli d’électricité.

A l’écoute de ce live décisif, Blackfoot ne pouvait que réussir. Il se battra encore un an de plus. Il en sera autrement à partir de 1983, le management la pression sur le groupe afin qu’il décroche un vrai hit. Et à l’époque de Genesis, Bon Jovi et Motley Crue, cela ne pouvait donner qu’une compromission sans âme. Blackfoot se dissolvera dans l’amertume. Et pour les vrais fans qui savent, ils restent ces concerts fabuleux qui rendent tout le blues-rock et le rock sudiste actuel bien pâle et aseptisé.
Et parce que je suis bon avec vous, voici Blackfoot interprétant "Train Train" en concert en 1981 :
tous droits réservés

2 commentaires:

Bruno a dit…

Effectivement, Blackfoot, à cette époque, était un des meilleurs Hard-band sur scène. A tel point, que bien peu de groupes acceptaient de les prendre en 1ère partie.
Les musiciens black avec Medlocke doivent être ceux de Mother Finest.

rayman a dit…

J'ai toujours aimé le "Highway Song Live" ils ont une péche d'enfer et un son de fou ! je le re-écoute encore et encore... le train train live et trés trés bon aussi...